Ubumi organisait, le 28 mars dernier, au collège public Le Breil, à Nantes, une journée de préparation au départ en Afrique du Sud.

Elles sont sept. Kenza, Julie, Alicia, Cloé, Lisa, Orane et Célia. Sept élèves de plusieurs collèges des Pays de la Loire en partance pour Durban et Pietermaritzburg du 2 au 16 mai 2015. Choisies par leurs professeurs pour participer à un programme d'échanges entre l'Académie de Nantes et l'Association des professeurs de français du Kwazulu-Natal – une première en France, elles jongleront entre les cours dans différentes écoles et les soirées en famille. Elle sont sept ambassadrices d'ores et déjà emballées par cette expérience. Et prêtes... en partie grâce à Ubumi.

 20150328_104738

 

Ce 28 mars, dans une salle du collège Le Breil, Kenza tue Sylvie – pas réveillée – au jeu du « Pan ». De l'autre côté, les parents, en réunion avec les professeurs, ne se doutent de rien, parlent plutôt cadeaux, logistique et rattrapages de cours. Alicia tue maintenant Cloé. Quelques minutes avant, elle assénait un puissant « Ha-i » censé libérer les énergies. Une heure plus tard, à travers son blason coloré, elle exposera ses appréhensions, ses clichés et ses espoirs avant le grand départ. Comme chez ses camarades, il y sera question de peur de la langue, de l'avion, du choc culturel... D'envie de se faire des amis, surtout. Premier objectif de l'équipe d'Ubumi (Charlotte, Julie et Guillaume pour les servir), en ce début de matinée : faire groupe. Les collégiennes ne se connaissaient pas. Elles apprennent vite ! 

  IMG_0173

 

 

Second objectif : aborder par le jeu la réalité sud-africaine, expérimenter les inégalités persistantes de la société post-Apartheid. « L'Injuste prix » , jeu de mise en situation, profite entre autres à Sylvie, dont « le personnage possède beaucoup de terres » : elle a droit à sept gâteaux d'un coup !  Celles dont les personnages sont moins bien nés n'ont droit à aucune part de la richesse nationale & la regardent s'empiffrer de gâteaux avec colère, incompréhension & un certain sentiment d'injustice... Julie – la grande – exploitera ces sentiments générés par le jeu pour expliquer les conséquences sociétales de ces inégalités en Afrique du Sud. Elle leur expliquera notamment le concept de discrimination positive, à l’œuvre au pays de Madiba pour résorber, un peu, les inégalités...

  

IMG_0056

   

IMG_0250Et puis il y a les différences culturelles. Comment les appréhender ? Après un rapide repas, les sept ambassadrices, accompagnées cette fois de leurs professeurs, s'adonnent à un jeu de photo-langage consacré à leur futur pays hôte, puis à un jeu « des premières impressions ». « Le sourire est essentiel », déduit l'une des collégiennes. « Il ne faut pas s'en tenir, justement, à la première impression », résume une camarade. Reste à mettre tout cela en pratique : tous les participants à cette journée de préparation ont désormais deux heures pour se tester. Le temps d'un jeu de rôle aussi ludique que pédagogique et efficace. Bienvenue chez les Altea et les Balgebo, deux tribus que tout oppose, au moins dans les codes culturels, mais qui se rendent visite et se reçoivent mutuellement. Une préfiguration grandeur nature des rires gênés ou des impolitesses involontaires que les sept collégiennes ne manqueront pas d'infliger à  leurs familles de Durban et Pietermaritzburg. Elles en auront, des choses à raconter à leur retour. Rendez-vous est déjà pris avec l'académie, les professeurs, et Ubumi !

Antoine Gazeau

   

IMG_0159