Lewis_et_SylviaComme toutes les belles histoires, ça a commencé un peu par hasard. Ubumi, membre de la Maison des Citoyens du monde (MCM), à Nantes, allait réfléchir avec d’autres bénévoles aux programmes d’animation et d’exposition des Semaines de la solidarité internationale, du 3 au 30 novembre 2011. Le thème de l’année : « La démocratie, ici et là-bas ».

Une idée...

A l’espace Cosmopolis, on causerait d’éducation populaire, de la Tunisie, du forum social de Dakar, etc. Et pourquoi pas d’une jeune démocratie ? Ubumi en connaissait une, à la fois plus vivante, plus authentique et sans doute mieux respectée que celles de la vieille Europe, mais aussi balbutiante et parfois trébuchante. La nouvelle Afrique du Sud n’a pas vingt ans : la plupart de ses habitants sont encore acteurs d’une transition qui s’est tenue chez nous il y a plus de deux siècles. Pourquoi ne pas aller à leur rencontre ? « La démocratie, c’était mieux avant ? Et ce sera comment demain ? Et ça a changé quoi finalement ? » Difficile à monter, mais excitant. Banco. Ubumi allait tenter. La MCM et le réseau Ritimo financeraient. Une expo de onze témoignages trouverait place à l’étage de Cosmopolis, à Nantes (lire ci-dessous).

Un beau travail d'équipe, au-delà des frontières

Pendant plus de trois mois, les téléphones et autres messageries ont chauffé. Coups de fil à différentes personnalités rencontrées à l’occasion de notre dernière mission sud-africaine, voire avant. « Racontez-nous votre 27 avril 1994 (le jour où la majorité des Sud-Africains ont voté pour la première fois)Qu’a changé la démocratie dans votre vie ? Quel avenir pour votre démocratie ? » Universitaires ou simples citoyens, artistes ou militants, tous ont répondu avec entrain. Coups de fil, aussi, à des jeunes Sud-Africains missionnés en reporters pour Ubumi. Ils ont interrogé leurs parents, grands-parents, leur histoire… Coup de cœur, également, pour différents artistes croisés au festival de cinéma de Douarnenez, fin août : ils avaient leur idée sur la question, on leur a tendu le micro… Coup de main, enfin, de plusieurs photographes (Bram Lammers, Lucas Faugère et Tendai Mandimika) et autres traducteurs (Olivier Tempéreau)….

Des résultats variés mais une constante: la démocratie requiert la vigilance citoyenne!

Le résultat est proprement sud-africain : d’une diversité rafraichissante. Le jour J ? Des souvenirs émus, une indifférence relative ou des larmes qui coulent... Ce qu’a changé la démocratie ? Tout et rien, parfois l’inverse… Le discours est loin d’être uniforme, la pensée unique proscrite. Tout se mêle, à l’image d’une nation Arc-en-ciel dont le pays a voulu faire une marque.

Phindile_panneauUn constat : en fonction de l’éducation reçue (très disparate au gré des groupes ethniques dans lesquels l’apartheid rangeait chacun des témoins), l’optimisme exagéré des uns donne le change au scepticisme sévère des autres quant au bilan de deux décennies de démocraties et quant à l’avenir du régime. L’ANC, le parti au pouvoir depuis 1994, se trouve en revanche quasi unanimement stigmatisé. Est-ce à dire que l’Afrique du Sud aborde un virage de sa propre histoire ? Sans aucun doute. Et ce sont eux, Siphokasi, Zackie, Linda, Helen, Carel, Phindile, Lesego, Michael, Jack, Bobby, Thanyani, Lewis et Sylvia qui tournent la page. S’ils nous enseignent une seule chose, c’est celle-ci : jeune ou non, la démocratie suppose vigilance constante et actions.

A découvrir du 4 au 15 novembre 2011, à l’espace Cosmopolis, 18 rue Scribe, à Nantes (Tous les jours, de 14h-18h)

A noter également : mardi 8 novembre, 14h30, café citoyen à la Maison des citoyens du monde (MCM), et dimanche 13 novembre, à partir de 15h, visite de l’exposition en présence des associations ayant contribué à sa réalisation. L’exposition sera ensuite visible à l’Amicale laïque de Couëron, 15 bd Gambetta, du 21 au 25 novembre 2011 (de 9h à 17h).

Pour en savoir plus sur les SSI en loire-Atlantique : www.mcm44.org/spip.php?article27