On l’oublie parfois, mais Gandhi a foulé la même terre que Mandela pendant 20 ans de sa vie (1893-1914). A Johannesburg, il a même un square à son nom, et sa statue de jeune avocat qu’il était à l’époque. Pendant notre séjour à Jozi, nous avons rencontré Eric Itzkin, un historien spécialisé sur la vie de Gandhi en Afrique du Sud, qui nous a raconté son histoire.

690_1823_2661_0_175018

C’est après avoir servi l’Angleterre en tant qu’ambulancier dans la guerre anglo-boer du début du XXe que Gandhi s’installe à Johannesburg en tant qu’avocat.

Baptême politique à Joburg

Choqué par la manière dont les Indiens sont traités dans ce pays et par la ségrégation instaurée par les Anglais (la ségrégation n’a malheureusement pas duré 50 ans pendant l’apartheid, elle existait déjà depuis le XVIIIe siècle, avec l’arrivée des Européens.). En tant qu’Indien, Gandhi n’avait pas le droit de propriété par exemple, il ne pouvait pas non plus faire du commerce dans certains quartiers, ni marcher sur les trottoirs, ni s’asseoir sur les mêmes sièges que les Blancs dans le bus…

Les travailleurs indiens que l’on a fait venir pour travailler dans les mines vivaient dans des quartiers qui leur étaient réservés, appelés quartiers pour « coolies », un terme péjoratif utilisé pour désigner les Indiens. Les « coolie areas » étaient insalubres, et les Indiens y vivaient en surnombre, « dans d’horribles conditions » déplore Eric.

Précurseur des luttes non-violentes

book3_1_Révolté par cette situation, Gandhi, aidé par un imam, réussit à unir la communauté indienne, apparemment divisée à l’époque. Il parvient  à les convaincre de brûler leurs « passes ». (Vous savez, ce document que les non-blancs devaient toujours avoir sur eux, permettant aux autorités de réguler leurs allées et venues sur le territoire, déjà, avant l’apartheid.) C’était en 1908 et ce fut la première fois qu’une telle action fut menée. Cet exemple de résistance civique non-violente a inspiré l’ANC par la suite. Quant à Gandhi, ses 20 années de révolte et de lutte pacifique en Afrique du Sud allaient le faire rentrer en Inde complètement changé, enrichi et politiquement aguerri.

Ainsi, l’Afrique du Sud a apporté à Gandhi autant qu’il a apporté aux Sud-Africains ! Et tout est bien qui finit bien !

Vraiment ? Oui bon, je ne peux pas terminer ce post sans mentionner une petite polémique à propos de Gandhi: apparemment, il était raciste envers les Noirs… Il a en effet surtout agi pour sa communauté et pas au nom de tous les opprimés de ce pays. Nous avons donc posé la question à Eric qui nous a expliqué que certes, Gandhi, à son arrivée en Afrique du Sud, a écrit des choses pas très sympas sur les Noirs. Mais c’était avant d’en connaître et d’en côtoyer. Gandhi a su évoluer, changer de mentalité. Ses séjours en prison, où il partageait sa cellule avec des Coloured et des Noirs l’y ont aidé. Il faut donc se souvenir de Gandhi comme une personne qui a eu le courage de revoir ses jugements, de reconnaître ses erreurs et d’évoluer. « Une qualité supplémentaire de ce grand homme », ajoute Eric, notre historien/fan de Gandhi.